A la une - 7 octobre 2012 à 00:05

Le jour où j’ai rencontré Chadli Bendjedid

Par Hamida Ayachi

C’est au début de l’année 2001, que j’ai rencontré le président Chadli Bendjedid pour son premier entretien à la presse depuis sa démission au lendemain des résultats du premier tour des élections législatives et l’arret du processus électoral …

Je venais de rentrer de Médéa en compagnie de mon ami Nasreddine Aloui après avoir réalisé un entretien avec l’ex-émir du Groupe pour la Prédilection et le Djihad Ali Benhadjer. C’est l’ex-responsable de la communication à la présidence de la République, Mohamed Mokadem, qui m’avait arrangé un rendez-vous avec Chadli. Le rendez-vous fut pris à Alger, en son domicile. La rencontre a duré de 14 h à
20 h, en présence de on épouse, Madame Halima Bendjedid, ses enfants et ses petits-enfants. Par courtoisie, mon ami Nacer a voulu s’enquérir de son état de santé, cela a rendu le président furieux. Il lui avait afirmé qu’il était en bonne santé, et toutes les rumeurs et ce qui se dit sur son état de santé étaient le fait d’ennemis qui ne lui voulaient aucun bien. Dès lors, sentant cette atmosphère tendue, j’ai pris la parole et commencé à discuter d’autres choses, de son parcours au sein de l’ALN. Une fois ma question términée, Chadli s’en est allé, comme un torrent démonté et passionné, à raconter en détails comment il avait été accueilli par les sous-officiers déserteurs de l’armée française à l’instar de Khaled Nezzar, qui fut par la suite l’un des hommes forts du pays. Il n’a rien voulu omettre sur ses efforts, pour permettre à des jeunes comme Mouloud Hamrouche ou Rachid Benyellès, d’accéder à des postes de responsabilités au sommet de l’Etat. Il a été ému, en évoquant son ministre des Affaires étrangères, Mohamed Seddik Benyahia, tué par les Irakiens … Il a aussi évoqué feu le général Belkhir … il paraissait en colère contre lui…. Au milieu de la discussion, il avait beaucoups de peine en évoquant Bouteflika, qui l’avait qualifié dans l’un de ses dicours d’illettré…

Chadli, lors de notre première rencontre, n’avait aucune objection à faire publier une partie de son interview, à condition de pouvoir la lire avant. Ce fut le deal. Le lendemain, je lui avais pris l’entretien pour le lui faire lire, en présence de Mohamed Mokadem, de Abdelaziz Rahabi, ex-ministre de la Communication … Nous nous étions promis de nous revoir en présence de son épouse Halima Bendjedid afin de réfléchir à l’écriture de ses mémoirs. Un rendez-vous qui n’a jamais eu lieu, parce que je n’avais pas pris la peine de le rappeler.

Aujourd’hui,  l’homme dont le nom est lié à la transition du parti unique vers le multipartisme  s’en va. Que peut-on dire, alors que cet homme est resté muré dans son silence sur ce qui s’est réellement passé lors de cette aventure qu’a connue l’Algérie, pour devenir le pays  arabe à passer d’un système vieux à la pluralité politique et médiatique ?! Beaucoup de choses restent à dire, et le moment est venu pour  les sortir des coulisses et des pénombres vers la lumière…

Réagir à cet article

PDF FR

Fr

Pensez-vous que l'équipe nationale de football pourrait atteindre le deuxième tour de la Coupe du monde ?

Loading ... Loading ...

PDF Arabe

Ar